vieux-du-ski@orange.frTéléphone
Les Vieux du Ski
Depuis 1945 ; La plus ancienne association du ski vétéran en France

VIVE LA GODILLE

Musique de Georges BRASSENS

C'est à travers de larges portes
Que les skieurs de la nation,
Une fois par an s'affrontent,
Pour connaître l'meilleur et l'moins bon.
Un à un les piquets défilent,
Comme au temps de leurs exploits,
D'antan ils ont gardé leur style,
Mais dérapent aussi parfois...
Vive la godille ille lle...
 
Ils sont tous fort sympathiques,
Je veux parler des "Vieux du ski",
Et leur grande forme physique,
En fait rêver plus d'un ici.
De cinquante cinq à quatre vingt dix,
Les années se sont déroulées,
Mais ils ont toujours pratiqué,
Le ski les a bien conservés.
Vive la godille ille lle.
 
Leurs cuisses souvent s'échauffent,
Leurs jambes semblent se dérober,
Mais il faut continuer sans faute,
En aucun cas abandonner.
Vive la godille ille lle.

Version St Sorlin (2016)
Dans sa quatre vingt douzième année
Il n'hésite pas à se lancer, 
Avec des skis bien affutés,
Voilà Pierre MONTAZ bien lancé
Rêvons tous d'ainsi continuer,
A skier malgré le temps passé,
Et chaque année de nous retrouver
Et ne jamais abandonner.
Vive la godille...

Version Saint Sorlin (2016)
Dans sa quatre vingt sixième année
Il n'hésite pas à se lancer, 
Avec des skis bien affutés,
Paul ILLY est admiré.
Rêvons tous d'ainsi continuer,
A skier malgré le temps passé,
Et chaque année de nous retrouver
Et ne jamais abandonner.
Vive la godille...
 
Paroles de M.P.
 

LES "VIEUX DU SKI" ! (air connu)

Dans une belle station de montagne, se retrouvent les Vieux du ski
Ils viennent pour courir, cela c'est garanti
Et aussi pour revoir les vieux amis.
 
Car les Vieux du ski, sont pas décatis,
Ils vont encore, très bien à ski.
Ils vont se lancer, dans l'slalom géant,
Pour eux tout ça est vraiment un  amusement.
 
Ah ah soupiraient ces grand-pères, que vont dire nos enfants ?
Comment ferons-nous pour gagner du temps
Et battre une fois encore ces vieux croulants ?
 
Alors dans les portes, ils vont s'bagarrer
Car leur seul but, c'est de foncer.
La coupe du Derby faut la gagner !
 
Et en bas du tracé, lorsqu'ils sont arrivés
Sur le chrono, ils vont se jeter,
Pour voir si cette année, ils se sont encore améliorés.
 
P.C. 2011
 

Les vieux adieux...

Nous étions venus pour faire du ski
Nous avions préparé notre séjour,
Pour venir courir le Derby
Pour gagner, c'était le bon jour. (bis)
 
Mais hélas je suis tombé par terre
Mes skis étaient beaucoup trop courts,
J'ai mis ma spatule à l'équerre
J'aurai du travail au retour. (bis)
 
Il me reste à boire une bonne bière
Vu que j'ai fait un très mauvais temps,
J'ai besoin de coups de pied au derrière
Pour pouvoir leur repasser devant. (bis)
 
Aujourd'hui mes larmes sont amères
J'ai perdu toute gloire à mes yeux,
Y'a vraiment pas de quoi être fier
Qu'être battu par des petits vieux. (bis)
 
Je refuse d'être triste à cette heure
Car personne ne me montre du doigt,
Mes amis sont là, quel bonheur
Ca suffit pour ma plus grande joie. (bis)
 

LA-HAUT SUR LA MONTAGNE...





Là-haut sur la montagne, courrent les Vieux du ski.
Plus jeunes, mais pleins d'allant, ils vont foncer tout comme avant,
Là-haut sur la montagne, ils sont pas décatis.
 
Là-haut sur la montagne, courrent les Vieux du ski.
Les portes et tout le tracé, ils le voient vite défiler.
Là-haut sur la montagne, ils sont loin d'être pourris.
 
Là-haut sur la montagne, courrent les Vieux du ski.
Leurs maux, leurs p'tits bobos, ils oublient même leur mal de dos,
Là-haut sur la montagne, ils sont forts ces papys.
 
Là-haut sur la montagne, courrent les Vieux du ski.
Enfin, c'est l'arrivée, la coupe ils l'ont bien méritée.
Là-haut sur la montagne, ils ont encore bien ri.
 
P.C. Collet d'Allevard 2010.

VIVE LES VIEUX DU SKI MA MERE...

Vive les vieux du ski, ma mère,
Vive les vieux du ski,
Ils sont pas décatis,
Vive les vieux du ski !
 

EMMENEZ MOI...

Vers les pistes où le poids de skis mes skis                                    
Me courbe le dos
Ils arrivent, fringants et tout pleins d’envies
Les jeunots.
 
Ils viennent de toute la France
Ils sont partis d’chez eux
C’est leur grande transhumance
Et leur plus cher vœu
C’est de rire.
C’est sur les hauteurs
Qu’ils trouvent le bonheur
En skiant m’a-t-on dit
Dès la toute première heure
Ils en rient.
Moi qui ne suis pas entraîné
Pour autant foncer
J’aimerais pou-ourtant gagner
Et vous faire chanter
 
Emmenez-moi
En haut de la piste
Emmenez-moi en haut du téléski
Il me semble bien qu'ici
Je pourrais gagner le Derby. 
 

ET L'ON S'EN FOUT... (air connu)

Et l'on s'en fout
D'attraper la bronchite,
Et l'on s'en fout,
Pourvu qu'on skie beaucoup !
 

LES ALLOBROGES - l'hymne savoyard

Je te salue, ô terre hospitalière
Où le malheur trouva protection ;
D'un peuple libre, arborant la bannière,
Je viens fêter la Constitution.
Proscrite, hélas ! J'ai dû quitter la France
Pour m'abriter sous un climat plus doux.
Mais au foyer, j'ai laissé l'espérance,
En attendant (bis) je m'arrête chez vous !
 
Allobroges vaillants !...
Dans vos vertes campagnes,
Accordez moi toujours asile et sûreté,
Car j'aime à respirer
L'air pur de vos montagnes,
Je suis la Liberté ! La Liberté !
 
Au cri d'appel des peuples en alarme,
J'ai répondu par un cri de réveil ;
Sourds à ma voix, ces esclaves sans armes
Restèrent tous dans un profond sommeil.
Relève-toi, ma Pologne héroïque,
Car, pour t'aider, je m'avance à grands pas.
Secoue enfin ton sommeil léthargique,
Et sois-en sûre (bis), tu ne périras pas !
 
Allobroges vaillants !...
Dans vos vertes campagnes,
Accordez moi toujours asile et sûreté,
Car j'aime à respirer
L'air pur de vos montagnes,
Je suis la Liberté ! La Liberté !
 
Un mot d'espoir à la belle Italie :
Courage à vous, Lombards, je reviendrai !
Un mot d'amour au peuple de Hongrie !
Forte avec tous, et je triompherai !
En attendant le jour de délivrance,
Priant les dieux d'apaiser leur courroux,
Pour faire luire un rayon d'espérance,
Bons Savoisiens (bis), je resterai chez vous.
 
Allobroges vaillants !
Dans vos vertes campagnes,
Accordez-moi toujours asile et sûreté,
Car j'aime à respirer
L'air pur de vos montagnes,
Je suis la Liberté ! La Liberté !
 

LES ADIEUX SUISSES

Nous étions trop heureux mon amie,
Nous avions trop d'espoir et d'amour.
Nous pensions nous aimer pour la vie
Mais hélas les beaux jours sont si courts. (bis)
 
Le bonheur dure peu sur la terre,
Entends-tu battre au loin le tambour ?
Mon doux coeur je m'en vais à la guerre,
Ne crains rien jusqu'au jour du retour. (bis)
 
L'ennemi a franchi nos frontières,
Il a pris nos maisons et nos champs.
Pour reprendre le pays de nos pères,
Il faut vaincre ou mourir bravement. (bis)
 
Tes baisers étaient doux à mes lèvres,
Ton sourire était doux à mes yeux.
Aujourd'hui, tes larmes sont amères,
Donne moi le baiser de l'adieu. (bis)
 
Compagnons, si Dieu veut que je meure,
Retirez cet anneau de mon doigt.
Mon amie est là-bas qui me pleure,
Dîtes lui, cette bague est pour toi. (bis)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quand j'étais skieur....

CHANT EPIQUE ET POETIQUE A LA GLOIRE DES VIEUX DU SK
(Sur l’air de « Quand j’étais chanteur » de M. Delpèche)
 
J’ai les genoux en vrille, et mal aux lombaires
Pour jouer au Scrabble, ça peut encore l’faire
Mais pour faire du ski d’piste, c’est une autre Kermesse
Tant pis je m’accroche… j’suis aux VDS !
 
Fallait m’voir avant, J’étais un fonceur
J’avais tout l’matos, comme un vrai coureur
Des VR17, et des pompes Trappeur
Des fuseaux à bandes blanches, j’étais un seigneur
 
C’était ma technique, mon gros avantage
Flexion, rotation, et puis dérapage
Je faisais la godille, avec élégance
Les skis bien serrés, c’était de la démence !
 
J’suis aux VDS, j’suis un vieux du ski
Mais j’ai pas d’complexes, j’suis encore hardi
Je fais du carving et puis d’la compète
C’est vrai qu’suis aidé par, mon exosquelette !
Mais aux VDS, c’est surtout les potes
Passionnés de ski, et d’trucs qu’on sirote….
Chaque année au mois d’mars, on a notre derby
….
On passe dans des piquets, c’est physique !
On gagne des récompenses magnifiques !
On fait la fête avec tous les amis (es)
Et ça nous rajeunie !